Elise Lainé

Elise a toujours été passionnée par l’océan, ça n’était donc qu’une question de temps avant qu’elle tombe amoureuse du surf. L’Australie lui a révélé sa passion pour la photo de surf et depuis, elle n’a eu qu’une envie, celle de partager la beauté de l’océan et la manière dont les surfeurs arrivent à se connecter à lui. Son insta est rempli de good vibes de la Gold Coast, d’Hawaï, des îles Fiji, d’Hossegor et tant d’autres… une photographe baroudeuse dont on n’est pas prêt de se passer !

Salut Elise, peux tu te présenter à la communauté Vitamin Sea ?

Je m’appelle Elise, j’ai 23 ans et je suis actuellement en école d’ingénieur halieutique, c’est à dire que j’étudie les sciences du milieu marin. Je n’ai pas grandi au bord de l’océan et j’ai donc commencé le surf assez tard mais j’en suis passionnée depuis que je suis toute petite. Je suis assez nomade. J’étudie en Bretagne mais je passe tout le reste de mon temps dans le sud ouest. Vous me trouverez donc aussi biens sur les spots bretons que sur les spots landais ou basques.

Comment en es-tu arrivée à la photo, et plus précisément à la photo de surf ?

Grâce à mes études, j’ai pu voyager et notamment partir en Australie pour réaliser des stages de biologie marine. L’Australie a des paysages incroyables que j’ai pu découvrir au cours de nombreux road trips. J’ai acheté mon premier appareil photo là bas, voulant capturer et partager tous les paysages que je voyais. Etant passionnée de surf, j’en suis venue naturellement à faire de la photo de surf.

Quel est le plus difficile dans la photo de surf ? Et quelle en est la meilleure chose ?

Lorsqu’on shoot en surf, on en vient vite à être limité par son matériel ou tout du moins à vouloir toujours plus de matériel photo. J’ai un objectif 300mm qui me convient parfaitement sur de nombreux spots mais cela me limite également souvent. J’ai eu l’occasion de shooter à Hawaii dernièrement et je ne pouvais par exemple par shooter les surfeurs à Sunset Beach, où les vagues cassaient trop loin du bord. J’aimerais investir dans un objectif 600mm et également dans un caisson étanche pour ma caméra mais c’est un certain budget à prendre en compte.

La meilleure chose est pour moi le fait de capturer la beauté de l’océan et des vagues, les émotions des surfeurs et la connexion qu’ils ont avec l’océan.

Tu utilises quel matos pour shooter ?

J’utilise un Nikon d500. Pour le surf, j’utilise un objectif 70-300mm qui me permet de shooter les surfeurs depuis le sable. Sinon j’ai un objectif 18-55m pour tout ce qui est paysages, sunsets etc.

J’ai également une gopro et un dome Gdome que j’utilise pour shooter en aqua. Je n’ai malheureusement pas encore investi dans un caisson étanche pour ma caméra qui me permettrait de réaliser de la photo de surf en aqua… On verra d’ici quelques années.

Tu vis en Australie depuis combien de temps ? Comment c’est de vivre là bas ?

Grâce à mes études j’ai passé un an sur la Gold Coast en Australie pour réaliser des stages en biologie marine. Je rentre normalement en France en avril prochain. Vivre en Australie, c’est pouvoir surfer tous les jours dans une eau bleue turquoise translucide, avec des dauphins, des baleines et surtout une eau chaude. En Australie, le surf est quasiment un sport national. Sur la Gold Coast, presque tous les Australiens surfent donc depuis qu’ils ont 2 ans et le niveau est très élevé. C’est aussi le home spot de nombreux surfeurs pro tels que Mick Fanning, Joel Parko, Stephanie Gilmore etc. C’est donc un lieu idéal pour faire de la photo de surf.

Parle nous du spot où tu préfères aller shooter !

Question difficile… Si l’on parle du spot sur lequel j’ai passé le plus de temps à shooter et que je connais le mieux, je dirais Snapper Rocks ou Dbah à Gold Coast. Si on parle du spot le plus incroyable que j’ai pu shooter, c’est sans hésitation Pipeline à Hawaii. J’ai passé un mois sur la North Shore en Novembre dernier et j’ai eu la chance de shooter les célèbres spots d’Hawaii lors de gros swells et en présence de tous les surfeurs pros.

Tu as souvent l’occasion de voyager, est-ce grâce à la photographie ?

J’ai eu l’occasion de voyager grâce à mes études. Je suis partie en Australie et de là, toutes les destinations telles que Bali, Fiji, Hawaii sont facilement accessibles ou tout du moins beaucoup plus accessibles que depuis la France. Je retourne néanmoins à Fiji en décembre et ce grâce à la photo, puisque j’y ai un contrat avec une école de surf locale pendant deux semaines.

Quels sont les photographes qui t’inspirent ?

Ils sont nombreux mais je dirais principalement :

@benthouard

@clarklittle

@mitch_gilmore_

@adrianjcox

@pierrebrrr

@cecilaphotographie

Si tu devais choisir un spot dans le monde entier et une/un surfeuse/surfeur à photographier ?

Pipeline, Hawaii sans hésitation et John John Florence.

Tu as une photo dont tu es la plus fière ?

Mes photos à Hawaii lors du gros swell de novembre dernier sont les photos dont je suis la plus fière.

Qu’est-ce qui t’as intéressé en premier dans l’océan et et pourquoi as-tu choisi d’étudier la biologie marine ?

La beauté de l’océan et la connexion qu’on a avec en surfant sont ce qui m’intéressent le plus dans l’océan. De plus, toute la faune et la flore marine me passionnent. Si j’ai choisi d’étudier la biologie marine c’est qu’il me paraissait évidemment d’étudier quelque chose dont j’étais passionnée et que je souhaite travailler au bord de l’océan plus tard.

Quelle est la plus grande menace pour les océans ?

La plus grande menace pour les océans est évidemment la pollution et le changement climatique. En France, on ne se rend pas forcément compte de la pollution des océans mais en voyageant, notamment en Indonésie, on réalise que surfer au milieu de sacs plastiques et de pailles, ce n’est pas vraiment comme ça qu’on imaginait son surf trip à Bali.

Quels sont tes projets dans la biologie marine et dans la photo pour l’année à venir ?

Je devrais finir mon école d’ingénieur dans environ un an et donc trouver un job qui me permettra de vivre au bord de l’océan. J’aimerais idéalement travailler dans la préservation des océans. Pour la photo, mes objectifs sont de continuer à voyager et photographier de nouveaux spots de surf. Je rêve notamment de photographier Teahupo’o à Tahiti.

 

Je te conseille d’aller faire un tour sur le site d’Elise ! En plus elle y vend des tirages de ses photos  qui sont juste magnifiques #idéecadeaudenoël 🙂

Et va la suivre sur insta, comme ça tu auras tous les jours une dose de surf et de soleil : @elise_lne

0 Partages

Laisser un commentaire