John William

C’est en parfait autodidacte que John s’est initié à la photographie et son amour pour l’océan l’a donc inévitablement amené à la photo de surf. Il nous fait découvrir à travers son regard et son style un bout des eaux de la Californie et nous confie à quel point ses photos l’ont aidé à changer sa vision de la vie.

Hey John, peux-tu te présenter à la communauté de Vitamin Sea ?

Je suis John (@johnwilliam_photo), je suis un photographe de surf et lifestyle à Pacific Beach en Californie.

Comment as-tu commencé la photo, et plus particulièrement la photo de surf ?

J’ai commencé la photographie comme passe-temps au tout début de mes études. Je ne suis jamais allé à l’école pour faire de la photo et j’ai commencé à lire des bouquins pour essayer d’acquérir des compétences. J’ai toujours été un passionné de l’océan. La transition vers la photographie de surf était donc inévitable. L’un des principaux facteurs qui m’a amené à commencer a été de regarder le documentaire «Shorebreak» mettant en vedette le célèbre photographe Clark Little. Je n’avais jamais eu trop envie de faire de faire de la photo de surf depuis le rivage, mais regarder ce doc m’a fait comprendre que shooter dans l’eau était quelque chose que je devais faire.

Tu te souviens du premier shoot que tu as fait dans l’eau ?

La première fois que j’ai shooté dans l’eau, c’était à Salt Creek, à Dana Point, en Californie. J’ai conduit environ 3 heures pour acheter un caisson étanche SPL d’occasion et sur le chemin du retour, je me suis arrêté sur l’une de mes plages préférées pour l’essayer. J’avais tellement peur que le caisson ait une fuite et que tout mon équipement soit en ruine, mais heureusement tout s’est bien passé. La première photo que j’ai prise ce jour-là est l’une de mes photos préférées, juste une image d’une vague en formation, mais ellea vraiment changé ma vision de la photographie. 

C’est quoi ton matos ?

J’ai de plus en plus d’équipement au fil des ans. Dans l’eau, j’utilise un caisson SPL avec une marque 5d iii et la plupart du temps, un objectif Canon 24-70mm 2.8. J’ai récemment acquis l’appareil photo de mes rêves, le Canon 1dx mark ii, mais j’ai encore trop peur de le prendre dans l’eau. J’utilise le 1dx pour photographier des vagues depuis le rivage avec un Canon 100-400 mm L mark ii. Une grande partie de mon travail sur le lifestyle/portrait est réalisée avec le 1dx et le Canon 35mm 1.4 mark ii, qui est probablement mon objectif préféré dans l’ensemble. J’ai beaucoup d’autres engins, mais c’est celui que j’utilise le plus.

La photographie de surf est assez difficile, comment tu gères l’exposition et la mise au point ?

Heureusement, le boîtier SPL permet d’ajuster de nombreux réglages d’exposition afin que je puisse effectuer la plupart de ces opérations à la volée. La plupart du temps, je shootes entièrement manuellement, mais dans certains cas, si l’éclairage est radicalement différent ou change, je vais régler l’iso sur auto. La mise au point est un peu délicate dans l’eau. En général, je me concentre uniquement sur le réglage ai servo, mais si j’essaie d’obtenir une photo précise, je vais ajuster, mais la plupart du temps, je reste sur des réglages très simples.

Avant d’aller dans l’eau, quelles pensées te traversent l’esprit ?

Avant d’aller dans l’eau, je dois commencer par installer mon équipement. Je veux vraiment m’assurer que tout est correctement configuré et sécurisé afin qu’il n’y ait aucune fuite. L’océan lui-même est la seconde chose sur laquelle j’essaie de me concentrer, les vagues, la marée, le courant et les surfeurs… Si les vagues sont plus grosses, je suis très concentré, mais si elles sont plus petites, je vais généralement choisir un endroit et nager de haut en bas sur la plage pour essayer de prendre des photos avec divers surfeurs.

Parles-nous de ton spot préféré ?

Mon spot local s’appelle Tourmaline et c’est surtout un spot de longboard. Comme je vis à San Diego, la plupart du temps, nous n’avons pas d’énormes vagues, alors avec des vagues plus petites, j’ai le sentiment que les shoots de longboard peuvent être beaucoup plus artistiques que les ceux de shortboard. Quand il y a de plus grosses vagues, je vais généralement à la plage de Windandsea, qui est une barrière de corail, ou parfois, j’essaie d’aller à Salt Creek à Dana Point, en Californie. Je vis à environ 2 heures du Wedge à Newport Beach, en Californie. Je n’ai pas shooté là-bas en cas de forte houle, mais j’espère le vivre en 2019, car c’est un break assez fou !

Tu as des conseils pour des débutants en photo de surf ?

Je dirais qu’il faut acheter un caisson dès que possible et passer du temps à apprendre la retouche photo. Shooter avec un caisson peut être une expérience enrichissante et peu de gens le font réellement.

Quels sont les photographes qui t’inspirent ?

Clark Little est l’une des plus grandes inspirations, il shoot principalement du shorebreak et les images qu’il obtient sont surréalistes. Ben Thouard est un photographe récent que j’ai commencé à suivre. Il vit à Tahiti et il fait preuve d’une extrême créativité lors de la prise de vue.

`Tu fais quoi quand tu ne fais pas de photos ?

La plupart du temps, je ne prends pas de photos, je retouche généralement des photos haha. J’essaie aussi de faire de l’exercice en dehors de l’eau. Depuis quelques mois, je suis devenu ami avec l’un des créateurs de November Project, un groupe de fitness gratuit (qui s’étend dans le monde entier). J’essaie donc de participer à ces séances d’entraînement. autant que possible. J’aime aussi la nourriture, donc les restaurants, le café et la cuisine sont des choses qui m’intéressent également.

Quelle est la photo dont vous êtes le plus fier ?

C’est toujours une question difficile, car j’ai pris tant de photos au cours de ma vie. La première photo que j’ai prise dans l’eau, même si elle n’est pas techniquement parfaite ou la meilleure que j’ai prise, c’est probablement celle qui a le plus de poids pour moi car c’est une photo qui a vraiment changé le sens de ma vie.

Selon toi, quelle est la plus grande menace pour les océans ?

Je pense que la pollution est un problème majeur. La quantité de produits chimiques et de matières dangereuses qui pénètrent dans notre océan est dingue, et c’est vraiment triste d’y penser. Les ordures ménagères et le plastique sont également un problème et c’est décevant de voir le nombre de personnes qui ne tiennent aucun compte des ordures qu’elles laissent sur la plage (ou ailleurs), mais il est également inspirant de voir le nombre de personnes qui agissent vraiment. pour nettoyer nos plages.

Un petit mot pour la fin ?

Faites ce qui vous inspire, je pense que la majorité des gens ont peur de faire des choses dans la vie qui les rendent mal à l’aise. J’ai longtemps été comme ça, mais plus j’ai essayé de sortir de cette boîte, plus j’ai eu d’opportunités et plus ma vie a été épanouissante.

Si toi aussi tu veux follow John sur instagram : johnwilliam_photo

0 Partages

Laisser un commentaire